home > vie et culture

STYLE DE VIE(NNE)     >>

Les petits plats entretiennent l’amour et sans amour nous ne pouvons pas survivre. Le plaisir sensuel  à Vienne a toujours joué un rôle dominant. L’élément baroque triomphe toujours du renoncement ascétique et de la consolation dans l’au-delà. Manger et boire ne suffisent pas, il y a encore le discours, l’humour, la culture, la musique.

Doux et aigre

Le mode de vie viennois varie entre doux et aigre, entre la soif de plaisir et la nostalgie de la mort. Heureusement, il y a beaucoup d’endroits où vous pouvez satisfaire les deux à la fois! Par exemple chez le Heurigen (=une taverne avec du vin nouveau).
Le Heurigen est une sorte de thérapie pour de nombreux viennois, mais les frais ne sont pas couverts par l’assurance sociale …

Le restaurant habituel, le Beisel est le point de fuite pour l’âme, et à Vienne, elle est située dans l’estomac. Et la consommation d’un dessert est souvent une sorte de paix avec soi-même. Par contre, manger debout un saucisson, par exemple une Burenwurst, est un défi gastronomique mais une tradition bien aimée à la fin d’une soirée ou après le théâtre ou l’opéra.

Le mode de vie viennois tire sa puissance de la tradition baroque. Les attributs sensuels comptent plus que l’analyse du contenu.
Les usages plus ou moins mondains autour du Bal de l’Opéra montrent cette prédominance de l’étiquette et du formalisme. Faire partie est récompensé, importante, la philosophie existentialiste n’a pas été inventé à Vienne.
La vie est une scène de théâtre et chacun a son rôle. Les conflits sociaux et ses protagonistes font souvent penser à Johann Nestroy, auteur de nombreux pièces de théâtre situés dans le temps de Metternich. Pensez à Richard Lugner, un maître d’oeuvre riche, qui attire l’attention public avec des célébrités louées lors du bal de l’opéra. “So ein Theater!” (C’est du cinéma!) dit le Viennois avec un mépris ambigu, mais aussi avec une certaine admiration pour cette mise en scène divertissante.

Le viennois ne cesse pas de se plaindre sur les défis de la vie, négligeant tous les comforts dont il profite dans sa vie quotidienne. Avec cette attitude, il n’est pas seule dans ce monde…Mais au fond de son coeur, il adore Vienne et son style de vie qu’il ne trouve pas ailleurs.